Le but d'AIRPROFIL est d'apporter aux Clients des "voies de travail". On peut sourire en remarquant qu'AIRPROFIL est le seul bureau d'étude qui se vante de donner à son client plus de travail qu'il n'en avait déjà!

 

Ces voies de travail permettront, en général d'atteindre les "buts intermédiares" suivants :

 

  1. Réduire les consommations d'air comprimé, si possible en les  substituant par d'autres énergies, moins coûteuses. Sinon en les rendant aussi discontinues et brèves que possible, ou en réduisant par réglage les débits instantanés consommés. Réduire aussi les fuites, mais sans les surévaluer, sinon on passe à côté des principales économies d'air comprimé!

  2. Eviter la "sur-qualité" dans le domaine du séchage ou de la filtration de l'air comprimé, qui constitue une importante source de gaspillage.

  3. Eviter de créer des parties de réseau dans les matériax les plus divers, sauf si c'est absolument indispensable.

  4. Augmenter la fiabilité ou la disponibilité de la fourniture de ces besoins résiduels, c'est-à-dire des besoins réduits aussi bien sur le plan quantitatif qu'en évitant la sur-qualité.

  5. Mettre en place les moyens matériels et humains d'un suivi des performances. Ceci inclut souvent des moyens de comptages, la formation théorique et pratique des salariés internes et la formation des sous-traitants.

  6. Définir des indicateurs significatifs tels que l'énergie spécifique (kWh/m3), le volume d'air comprimé consommé par pièce produite (m3/pièce) ou d'autres indicateurs plus techniques ou  particuliers. Ces indicateurs vous faciliteront la gestion de la production de votre air comprimé, de sa distribution et de son utilisation.

Cette manière d'analyser les "buts d'étude" est assez originale, malgré sa simplicité, et n'a rien d'universel. Au contraire, les acteurs les plus importants du marché de l'air comprimé et de l'audit énergétique ont des buts différents qu'il est intéressant d'examiner :

  • Le but du Deutsche Energie Agentur (DEA) en Allemagne est moins de réduire fortement les consommations d’air comprimé que de favoriser le remplacement de compresseurs anciens par des compresseurs neufs supposés plus performants (ce qui est souvent faux!). Plusieurs dizaines d'audits air comprimé ont été financés à 100% par le DEA dans le cadre du programme Druckluft effizient (l'air comprimé efficace) dont le syndicat des fabricants allemands de compresseurs est un des animateurs. Ces audits sont souvent réalisés par ces fabricants allemands de compresseurs ou de sécheurs. Si ces fabricants réduisaient de 30 ou 40% la consommation d'air comprimé en Allemagne, ils n'y vendraient plus un compresseur pendant 3 ans!

 

  • Le but de l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME) en France a été, historiquement et dès l'époque de l'AFME, d'oeuvrer à l'indépendance énergétique de la France. Contrairement au DEA, l'ADEME n'a nullement pour but de favoriser la fabrication de compresseurs en France : il n'y a plus guère de fabricants français de compresseurs industriels! Soucieux de promouvoir un "intérêt" pour les économies d'énergie dans l'industrie, les Ingénieurs de l'ADEME ont, à notre avis, tendance à surévaluer l'importance des fuites d'air comprimé. Cela va parfois jusqu'à tolérer les estimations fantaisistes et grossièrement surévaluées des débits des fuites d'air comprimé par divers prestataires.

 

  • Le but d'un fabricant ou d'un installateur de compresseurs est de vanter le bon rendement de ses compresseurs et de les vendre. Très peu envisagent sérieusement d'aider leur Client à réduire leurs consommations d'air comprimé - sauf peut-être si c'est un moyen pour eux de prendre des clients à leurs concurrents. Les compressoristes ou les installateurs les plus intelligents s'appuient alors souvent sur AIRPROFIL! Les compressoristes et les exploitants les plus bêtes, au lieu de travailler à réduire les consommations d'air comprimé de leurs clients, truquent un peu leurs débitmètres pour faire apparaître une énergie spécifique plus basse. Il en résulte une augmentation apparente du débit qui laisse souvent le client perplexe : rien n'a changé dans ses ateliers et, pourtant, il consomme plus d'air comprimé qu'avant! Nous connaissons un responsable de maintenance qui s'est fait sérieusement réprimandé par son directeur, qui lui reprochait de ne rien faire contre les fuites d'air comprimé : le compteur était bloqué à 800 m3/h, même quand le compresseur passait à vide ou s'arrêtait!

 

  • Le but d'un fabricant ou d'un installateur de sécheurs ou de filtre est souvent de vendre une solution qui ne posera AUCUN problème de qualité au client. Comme les besoins réels des clients en matière de qualité de l'air comprimé sont en général assez mal connus et du fait d'une certaine confusion entre qualité de l'air comprimé et FIABILITE ou DISPONIBILITE DE CETTE QUALITE, il en résulte souvent des installations de traitement d'air comprimé trop coûteuses à l'achat, trop coûteuses en énergie car surdimensionnées et génératrices de fortes pertes de pression à force d'installer en série des filtres inutiles que l'on retouve bipassés 2 ans plus tard!

 

  • Le but d'un fabricant de canalisations - une corporation peu connu mais distrayante quand on la fréquente un peu! - est de vendre ou d'installer des réseaux de canalisation de sa fabrication, en général dans un matériau particulier - aluminium, PVC, ABS, PER ou INOX. On voit alors apparaître de savants logiciels qui calculent l'économie d'énergie du fait de la moindre rugosité d'un de ces matériaux par rapport à l'acier au carbone, aors qu'il suffit d'installer une canalisation d'acier au carbone de diamètre un peu plus grand - mais souvent les diamètres des canalisations en plastique sont limités au DN100 ou au DN150. Un fabricant imaginatif évalue directement le débit de fuite d'un réseau sur la base de son âge - comme seul et unique paramètre!

 

  • Le but des "bureaux d'études en économie d'énergie" ainsi que de la plupart des "exploitants" est, traditionnellement, d'optimiser la production des utilités, mais surtout sans "rentrer dans le process", où on risque, il est vrai, d'être moins compétent que le client. La détection des fuites d'air comprimé est une prestation qui rentre un peu dans les atelier, mais pas dans les process : c'est sans doute pour cette raison qu'elle est incluse dans certains contrats de fourniture d'air comprimé!

Les "buts d'étude" de ces différents acteurs du marché de l'air comprimé sont donc différents, au moins par défaut, de ceux d'AIRPROFIL.

Ceci ne signifie pas une incompatibilité : nous pouvons collaborer avec tout bon professionel dès lors que les buts d'étude ont été suffisamment explicités et qu'ils ont été acceptés par le Client d'AIRPROFIL.