CAMPAGNE DE MESURES DE DEBIT EN TURQUIE POUR UN INGENIEUR QUEBECOIS

Pendant la fin du mois d’août et le début de septembre 2013, EAC a formé un jeune Client canadien à l’utilisation d’une microturbine à insertion, puis a participé à une importante campagne de mesure sur 18 compresseurs d’air en Turquie – de puissances comprises entre 500 à 700 kW, pour la plupart d’entre eux.

Cette démarche a commencé par un conseil tout çà fait gracieux, donné par téléphone : pour mesurer des débits sur de l’air comprimé le plus souvent à 3 bars relatifs et non séché – ainsi que sur quelques points de mesure à 8 ou à 19 bars, nous utiliserions plutôt une microturbine à insertion. Nous en indiquons le modèle et le fournisseur à notre interlocuteur qui décide d’en acheter une dans le cadre de sa mission pour une ESCO. Nous découvrons qu’une ESCO est une entreprise qui recherche des économies d’énergie : peut-être sommes nous, nous-mêmes un genre d’ESCO ?

Notre jeune Client décide de faire livrer sa microturbine neuve directement en Turquie après l’avoir achetée au Etats-Unis. Il nous demande de lui fournir une formation d’une journée à Angles sur l’Anglin, en France, dans la Vienne – en fait, à la campagne ! Il commande également une journée de formation à l’audit énergétique air comprimé.

Après quoi, nous sommes chargés de le rejoindre en Turquie avec deux autres microturbines – nous en prenons trois car ces matériels sont assez fragiles ! Il loue également quelques analyseurs de puissance électrique CHAUVIN ARNOUX et des enregistreurs numériques.

Après examen des coûts et délais de transport, nous décidons d’aller en Turquie par la route : environ 3000 km et un joli voyage à travers la Hongrie, la Roumanie et la Bulgarie. Nous traversons le Danube par bateau à l’aller. Au retour, il y a un pont ! Le monde change : EAC change aussi !

Le choix de la route est un bon choix : la microturbine neuve arrive avec 3 ou 4 jours de retard alors que François BOUTEILLE, muni d’un carnet ATA, arrive le dimanche soir pour dîner avec son Client – la campagne commence le lendemain matin comme prévu.

Cette démarche a permis de réduire les coûts : un canadien, un français et un turc se sont partagé le travail et ont passé 5 journées passionnantes à travailler dur sur 3 sites industriels. A l’issue des mesures, l’Ingénieur turc conserve le débitmètre qu’il a acheté directement au fabricant. Sur la route du retour, François BOUTEILLE a travaillé une semaine en Alsace, ce qui a permis d’optimiser son déplacement en Turquie.

banc mesure pose-debimetre
pose-debimetre 2